Présentation

Le laboratoire « Environnement, Ville, Société » traite des modalités par lesquelles les sociétés contemporaines, fortement urbanisées constituent, instituent et utilisent leurs environnements.

L’activité anthropique, plurielle dans le temps et dans l’espace, est à l’origine d’une pluralité d’environnements observable sur les plans synchronique et diachronique comme histoire des transformations (praxis) du monde donné et comme simultanéité des actions et des activités sociales transformant le monde. L’urbanisation est observée au sens le plus large comme processus d’anthropisation caractéristique des sociétés contemporaines.

C’est dans cette perspective que convergent les sept composantes qui fédèrent l’UMR 5600 « Environnement Ville Société ». Elles apportent au sein du laboratoire une diversité épistémologique et heuristique qui, centrée sur les « sciences des territoires et de l’environnement », couvre l’essentiel du spectre disciplinaire regroupé sous l’intitulé « Sciences de l’Homme et de la Société » et constitue l’un des points forts du contrat quinquennal de recherche 2011-2015. De plus deux des composantes d’EVS apportent des compétences scientifiques en ingénierie urbaine et architecturale (génie civil, urbanisme, architecture). Ainsi, EVS peut prétendre à une approche multidisciplinaire des phénomènes environnementaux, entendu au sens le plus large, de « morphologie sociale ».

Les modalités par lesquelles les sociétés contemporaines fortement urbanisées façonnent leurs environnements sont traitées à partir de trois thèmes fédérateurs qui forment les linéaments du programme de recherche quinquennal 2011-2015 :

Ces trois thèmes sont issus des réflexions conduites au cours du précédent quadriennal autour du recentrage de la problématique rassemblant les 7 composante de l’UMR 5600 autour des interactions entre « Environnement », « Ville », « Société ». Les travaux conduits au sein de ces trois thèmes privilégient trois approches :

Ces trois approches ont pour objectif : a) de stimuler les réflexions épistémologiques au sein de l’UMR 5600 et d’interroger l’heuristique des travaux qui y sont conduits ; b) d’interroger les effets de seuil et d’échelle dans la formation des environnements, à la fois sur le plan spatial et sur le plan temporel ; c) de favoriser la réflexion sur la technique comme fait central dans la constitution des environnements et consubstantiel à toute praxis, notamment dans les phases les plus récentes avec une tendance générale à l’urbanisation des sociétés contemporaines.

L’ensemble des chercheurs des composantes s’appuie sur 3 plates-formes techniques :

Les eaux continentales et les villes constituent les deux principaux objets de recherche de l’UMR 5600. Ils intéressent des collectifs de chercheurs déjà structurés et qui interagissent avec d’autres équipes dans le tissu scientifique régional. C’est à partir de ces objets que la dynamique environnementale est observée comme constitution et institution d’« environnements ». La Zone Atelier du Bassin du Rhône (ZABR) est déjà l’un des terrains privilégiés de recherches. Il reste à construire un atelier urbain dans le cadre de la métropole Lyon-Saint-Étienne déjà largement mobilisée dans les recherches conduites au sein de l’UMR. Cet atelier est en cours de mise en œuvre dans le cadre du LabEx « Intelligences des mondes urbains » au sein duquel EVS est très actif.